7 January 2016

One Laurel Leaf

Henri de Régnier, "Ode," Vestigia Flammae (Paris: Mercure de France, 1921), pp. 58-59:
J'aurais dû te donner tous les soins de ma vie,
          O beau laurier luisant,
Jusques à renforcer ta racine assouvie
          Du tribut de mon sang,

De l'immortel éclat de ton feuillage sombre
          Enorgueillir mes yeux,
Et ne point, d'un seul pas, m'éloigner de ton ombre;
          De toi seul anxieux

Écouter pour seul chant celui de ton murmure,
          Aède aérien,
Et, le regard tourné vers la gloire future,
          Y conformer le mien!

Mais, hélas! trop longtemps j'ai délaissé la cime
          Du mont où tu poussais
El ma flûte peureuse a craint le vent sublime
          Qui hante les sommets.

C'est pourquoi, repentants, lorsqu'au soir de mon âge
          Mes pas te reviendront,
Je n'aurai pas le droit que ton amer feuillage
          S'entrelace à mon front.

Heureux, n'étant de ceux que la branche couronne
          De son honneur altier,
Si, dans mes faibles mains, tu laisses en aumône
          Une feuille, ô Laurier!

Herbert James Draper, Figure with a Laurel Wreath