18 August 2015

The Rational Side of Life

Louis-Ferdinand Céline, Interview in Télé Magazine (January 11, 1958), my translation:
Let's return to television. It is useful for people who do not go out, such as my wife for example. I have a set upstairs, but I never go up to it. It is a fabulous means of propaganda. It is also — alas! — a way of dumbing things down, in the sense that people come to rely on what they are shown. They no longer imagine. They look. They lose their sense of judgement, and they easily succumb to laziness.
Television is dangerous for people.
Alcoholism, gossip, and politics already make morons out of them. Was it really necessary to add something more?
But you have to admit it, there is no fighting against progress. Have you ever tried swimming up the Niagara Falls? No. Nobody can stop the forward march of television. It will soon change all modes of reasoning. It is an ideal instrument for the masses. It replaces everything, it eliminates all effort, it provides a great deal of peace and quiet to parents. Children are fascinated by this phenomenon.
The tragedy today is that one thinks effortlessly.
We knew Latin much better when there was no Latin grammar book. If you simplify the effort, the brain works less. The brain is a muscle: it becomes flaccid.
Here's an example: women had calf muscles during the occupation. They used to walk. Today mechanics have triumphed, and we live in the kingdom of beautiful cars. Women don't have legs any more, they are hideously ugly. The men have paunches.
Civilization the whole world over is doomed by the rational side of life.
The original, via Le pas grand-chose
Revenons à la télévision. Elle est utile pour les gens qui ne sortent pas, pour ma femme par exemple. J'ai un poste, au premier étage, mais je ne monte jamais. C'est un prodigieux moyen de propagande. C'est aussi, hélas ! un élément d'abêtissement, en ce sens que les gens se fient à ce qu'on leur montre. Ils n'imaginent plus. Ils voient. Ils perdent la notion de jugement, et ils se prêtent gentiment à la fainéantise.
La TV est dangereuse pour les hommes.
L'alcoolisme, le bavardage et la politique en font déjà des abrutis. Était-il nécessaire d'ajouter encore quelque chose?
Mais il faut bien l'admettre. On ne réagit pas contre le progrès. Vous arriverait-il d'essayer de remonter les chutes du Niagara à la nage ? Non. Personne ne pourra empêcher la marche en avant de la TV. Elle changera bientôt tous les modes de raisonnement. Elle est un instrument idéal pour la masse. Elle remplace tout, elle élimine l'effort, elle accorde une grande tranquillité aux parents. Les enfants sont passionnés par ce phénomène.
Il y a un drame aujourd'hui : on pense sans effort.
On savait bien mieux le latin lorsqu'il n'y avait pas de grammaire latine. Si vous simplifiez l'effort, le cerveau travaille moins. Le cerveau, c'est un muscle : il devient flasque.
Un exemple, les femmes avaient du mollet sous l'Occupation. Elles marchaient. Aujourd'hui, c'est le triomphe de la mécanique, nous sommes au royaume des belles voitures. Les femmes n'ont plus de jambes, elles sont affreusement laides. Les hommes ont du ventre.
C'est toute la civilisation du monde qui est condamnée par le côté raisonnable de la vie.